cadre   - Nous sommes le Samedi 14 Décembre 2019 et il est 17:30
 
"Aider les familles et amis de malades psychiques"
UNION NATIONALE DE FAMILLES ET AMIS DE PERSONNES MALADES ET/OU HANDICAPEES PSYCHIQUES
UNAFAM
- UNAFAM - Délégation Haute Vienne 87 - Limousin -
-Association reconnue d'utilité publique-
   
bloc_h_g Menu général bloc_h_d
  Retour à l'accueil
  Urgence:joindre qui?
  Laisser un message
  Qui sommes nous ?
  Des témoignages
  Services
  La recherche
  Insertion et Travail
  Notre région
  Les sites UNAFAM
  Liens utiles
  Espace GEM ou Club
bloc_b_g bloc_b_d
bloc_h_g Les dernières actualités bloc_h_d
  Les actualités du 87
  la lettre de la présidente août 2019
  les nationales...
avis de décès - jacques dreyer-dufer unafam11
  Les départementales
aah : debat sur le revenu universel d'activite
bloc_b_g bloc_b_d
bloc_h_g Les utilitaires du site bloc_h_d
  Mises à jour du site

  Moteur de recherche
  Le plan du site
  Les pages préférées
  Les pages sonorisées
bloc_b_g bloc_b_d
bloc_h_g Accès réservé bloc_h_d



bloc_h_g bloc_h_d

Toutes les actualités Départementales mises en commun et par ordre Chronologique

des Délégations Unafam 02 - 11 - 16 - 17 - 19 - 21 - 23 - 30 - 34 - 39 - 41 - 48 - 58 - 66 - 71 - 80 - 84 - 87 - 89 - 972



Un agent en psychiatrie se noie en maîtrisant un patient (Midi libre 02-10-2005) 3 octobre 2005

Envoyé par unafam30

C'était son premier jour de travail à l'unité psychiatrique Prime Combe de Fontanes dans le Gard. Hier, un aide soignant âgé de 31 ans s'est noyé dans le Vidourle à Lecques à une dizaine de kilomètres au nord de Sommières, en tentant de maîtriser un malade qui avait quitté l'hôpital sans l'autorisation du personnel. in "Midi libre" du 2 octobre 2005

SUITE DE L'INFORMATION

Une demi-heure après sa disparition, vers 11 heures, l'aide soignant accompagnée de deux infirmiers étaient partis à sa recherche en voiture. « Le malade courait en zigzagant sur la route », raconte un habitant de Lecques. La voiture de l'hôpital qui arrivait de Fontanes s'est arrêtée sur le pont qui enjambe le Vidourle. L'infirmière a demandé au malade de se calmer. Lui a répondu qu'il ne voulait pas de piqûres. Ensuite tout s'est accéléré » Après une brève échauffourée avec ce patient âgé de 23 ans, l'aide soignant est tombé du pont qui ne dispose pas de rambarde. Le malade, en se débattant, l'aurait poussé dans le fleuve. « J'ai entendu la victime crier : "Je ne sais pas nager", raconte un témoin. Un automobiliste qui passait alors sur le pont a stoppé son véhicule et lancé une corde à l'eau. Un infirmier s'est ensuite jeté dans le Vidourle pour aider son collègue. » L'automobiliste selon certains témoignages aurait été, lui aussi, poussé à l'eau par le patient. A cet endroit du pont, la profondeur du cours d'eau atteignait 2,20 mètres. « Les deux sauveteurs ont crié qu'ils ne retrouvaient pas leur corps de leur collègue », reprend l'habitant de ce petit village de plus de 300 habitants. Vers 18 heures, les plongeurs de la brigade nautique de la gendarmerie du Grau-du-Roi et d'Agde remontaient le corps. Après le drame, le patient est resté prostré sur l'un des plots près du pont. Il a été transporté à la gendarmerie de Calvisson, examiné par un psychiatre puis placé en milieu fermé à l'unité psychiatrique du centrehospitalier de Montfavet près d'Avignon (Vaucluse). Le parquet de Nîmes a confié l'enquête aux gendarmes de la compagnie de Vauvert et de la brigade de Calvisson qui hier, pendant toute l'après-midi, ont entendu les nombreuses personnes qui ont assisté à la scène. Ils devront déterminer si le malade a poussé volontairement l'aide soignant dans le fleuve et donc déterminé s'il s'agit de blessures involontaires ou d'un homicide. Le préfet du Gard a ordonné une enquête administrative. L'unité psychiatrique Prime Combe, qui dépend du centre hospitalier spécialisé en psychiatrie Le Mas Careiron d'Uzès, emploie une trentaine de soignants et d'agents hospitaliers. L'unité accueille entre 25 à 30 malades placés sous contrainte (en milieu fermé) ou en milieu ouvert. Ainsi, le malade impliqué dans ce drame était libre de sortir de l'établissement, mais après en avoir obtenu l'autorisation. Rien n'a filtré sur le passé psychiatrique de l'homme interpellé. le directeur du Mas Careiron se retranchait derrière le secret médical. L'aide soignant titulaire qui a péri dans ce drame travaillait auparavant dans une maison retraite dans la région de Marvejols en Lozère. Tout comme sa compagne qui venait elle aussi d'obtenir sa mutation dans un établissement pour personnes âgées d'Uzès. La victime était divorcée et père d'une petite fille âgée de quatre ans

Imprimer cette news


LE TITRE DE CETTE INFORMATION EST : Un agent en psychiatrie se noie en maîtrisant un patient (Midi libre 02-10-2005)

Information envoyée par la section unafam30

Vous pouvez répondre et réagir .........Votre texte sera placé ici après validation par le webmestre

Avec le formulaire ci-dessous

Pseudo :

Email :

Titre :

Commentaire :

bloc_b_g bloc_b_d
 
Copyright © 2005-2015 Site - UNAFAM - Délégation Haute Vienne 87 - Région Limousin
Groupe de sites conçu et développé par Jacques DREYER-DUFER bénévole UNAFAM        Voir les autres sites du groupe        Mentions légales