cadre   - Nous sommes le Mardi 17 Septembre 2019 et il est 15:09
 
"Aider les familles et amis de malades psychiques"
UNION NATIONALE DE FAMILLES ET AMIS DE PERSONNES MALADES ET/OU HANDICAPEES PSYCHIQUES
UNAFAM
- UNAFAM - Délégation VAUCLUSE 84 - PACA -
-Association reconnue d'utilité publique-
   
bloc_h_g Menu général bloc_h_d
  Retour à l'accueil
  Urgence:joindre qui?
  Laisser un message
  Qui sommes nous ?
  Des témoignages
  Notre région
  Les sites UNAFAM
  Liens utiles
  Espace GEM ou Club
bloc_b_g bloc_b_d
bloc_h_g Les dernières actualités bloc_h_d
  Les actualités du 84
  prochain gif (groupe d'informations des familles) du 17 septembre
  les nationales...
avis de décès - jacques dreyer-dufer unafam11
  Les départementales
la lettre de la présidente août 2019
bloc_b_g bloc_b_d
bloc_h_g Les utilitaires du site bloc_h_d
  Mises à jour du site

  Moteur de recherche
  Le plan du site
  Les pages préférées
  Les pages sonorisées
bloc_b_g bloc_b_d
bloc_h_g Accès réservé bloc_h_d



bloc_h_g bloc_h_d

Toutes les actualités Départementales mises en commun et par ordre Chronologique

des Délégations Unafam 02 - 11 - 16 - 17 - 19 - 21 - 23 - 30 - 34 - 39 - 41 - 48 - 58 - 66 - 71 - 80 - 84 - 87 - 89 - 972



Une collègue handicapée psychique renvoyée de l'Education nationale 2 mars 2005

Envoyé par unafam30

Bonne nouvelle pour ceux qui se souviennent du combat mené pour notre collègue Nicole, handicapée psychique : elle vient de signer un contrat d'accompagnement dans l'emploi (un an renouvellable un an)qui lui permet de retrouver son emploi au sein de l'Education nationale à Nîmes. Elle est impatiente de reprendre le travail et nous de bénéficier à nouveau de ses compétences humaines et professionnelles rares. Bonne nouvelle, donc ! Après 20 ans de bons et loyaux services à l'Education nationale, en tant que surveillante puis T.U.C., C.E.S et C.E.C. dans les centres de documentation de collèges et lycées de Nimes, Nicole H., vient d'être remerciée en fin de contrat et ce malgré la promesse formelle du rectorat de créer pour elle un poste d'assistante d'éducation affecté au Cdi du lycée de La Camargue. Ce dernier vient de revenir sur sa promesse, quelques heures avant échéance. Notre collègue, handicapée psychique agée de 50 ans, est retournée chez elle. "On ne veut plus de moi", dit-elle. ET POURTANT, depuis plus de 20 ans, Nicole, malgré son handicap et le lourd traitement afférent, démontre toutes ses compétences au service des élèves et étudiants. Appréciée de tous les collègues enseignants ou non, elle a su surmonter son handicap trouvant dans ses fonctions d'accueil du public et de gestion documentaire le réconfort et la gratification qu'apportent toute réalisation professionnelle accomplie. Choqués, les 1600 élèves et étudiants du lycée ne comprennent pas. "On ne savait pas qu'elle était handicapée, elle est toujours souriante, elle nous aide et nous conseille dans nos lectures..." EN EFFET, LE HANDICAP PSYCHIQUE NE SE VOIT PAS... Une demande officielle émanant de l'ensemble de la communauté éducative et des représentants de parents d'élèves, vient de parvenir au rectorat afin qu'il honore sa promesse et se soumette à la nouvelle loi sur le handicap du 11 février 2005. Un courrier a également été adressé à Madame MONTCHAMP, Secrétaire d'Etat aux personnes handicapées. La presse est alertée, notre section départementale de l'Unafam également. NOUS AVONS BESOIN DE VOTRE AIDE. Vous pouvez nous contacter sur le site http://www.unafam30.org ou directement sur le courriel cdi.camargue@netcourrier.com voir plus bas le courrier précité.

SUITE DE L'INFORMATION

Nîmes, le 1°mars 2005 Les personnels du Lycée de La Camargue Les représentants de parents d’élèves (Académie de Montpellier) 98, Bd Jean Jaurès 30900 NÏMES à Madame M.A MONTCHAMP Secrétaire d’Etat aux personnes handicapées, auprès du ministre de la santé et de la protection sociale 8, avenue de Ségur 75700 PARIS Rapporteur du Projet de loi pour l'égalité des droits et des chances, la participation à la citoyenneté des personnes handicapées Madame la Ministre, Nous avions pu croire, à la suite du courrier que nous vous avions adressé le 18 janvier dernier, lors du vote de la loi sur l’égalité des droits et des chances, la participation à la citoyenneté des personnes handicapées, que votre intervention avait notablement inspiré la réponse positive accordée à notre collègue handicapée psychique (Cotorep), Madame Nicole H. En effet, le rectorat de l’Académie de Montpellier annonçait fin janvier, par la bouche de notre chef d’établissement, la création d’un poste d’assistante d’éducation avec affectation au centre de documentation du lycée de La Camargue. Notre collègue pouvait ainsi prétendre poursuivre une action compétente et courageuse au sein de notre communauté éducative. Madame H. vient d’apprendre en ce jour de rentrée scolaire, quelques heures avant l’échéance de son ancien contrat-emploi consolidé, que le rectorat posant une nouvelle condition rédhibitoire (la suppression prochaine d’un poste de surveillant MI-SE), condamnait par là-même sa reconversion professionnelle. Madame H. est désormais sans emploi, de retour chez elle, livrée à une inactivité qu’elle a toujours combattue pour mieux surmonter son handicap. Appréciée de tous, elle validait pourtant avant l’heure l’esprit de la loi précitée, dans un champ spécifique auquel vous avez accordé une nouvelle légitimation. Nos différents courriers en direction des services rectoraux n’ont eu de cesse de rappeler cette spécificité : reconnaissance d’une fragilité psychique excluant une reconversion de type administratif, nécessité de conforter notre collègue dans une situation valorisante pour tous avec un encadrement psychologique et humain que nous lui apportions bien volontiers. Le dénouement désastreux, dans le fond comme dans la forme, de cette affaire nous interroge profondément sur le sens que les institutions veulent bien accorder à la nouvelle loi de la République. Outre le déni de la parole donnée et la rupture de confiance qui s’ensuit, l’ensemble des personnels, des représentants de parents d’élèves, d’associations d’handicapés (Unafam), les élèves eux-mêmes, ne peuvent rester indifférents. Nous adressons ce même jour une demande officielle d’audience auprès de Monsieur C. Nique, Recteur de l’Académie de Montpellier, afin qu’il honore son engagement et vous prions instamment, Madame la Ministre, d’intervenir afin que la loi accorde effectivement à Madame H. l’égalité de chances et la participation à la citoyenneté qu’elle est en droit d’exiger. Veuillez agréer, Madame la Ministre, l’expression de notre dévouement au service public,

Imprimer cette news


LE TITRE DE CETTE INFORMATION EST : Une collègue handicapée psychique renvoyée de l'Education nationale

Information envoyée par la section unafam30

expérience!

Envoyé par fouine

le 02/03/05 à 09:15

je ne devoilerais pas mon identité sur ce site en un prénom que vous pourriez facilement identifier pour me rendre identifiable, je préfère rester un anonyme concerné par ce malaise précité et vous apporter 1 grain de mon histoire qui pourrait comporter un grain inquiétant à ce problème. car cette femme pourrait ne pas être la seule handicapée à occuper (ds son cas c'est du passé!) un poste ds l'éducation nationnale et être handicapée.
c'est en mon pseudo, fouine, que je vient, suite à la lecture opportune et intéressante de ce problème vous livrer mon désarrois, que madame h partage (déjà sûrement avant moi), et je suis d'autant plus choqué que je travaille en tant qu'assistant d'éduc (AE) ds un lycée professionnel. les pouvoirs publics me définissent par une fiche cartonnée orangée (invalidité), inapte officiellement au travail à 80% (et je suis plutôt compétent ds mon boulot) et catégorie C, autrement dit, désigné comme très inapte au travail.
alors ce problème me questionne personnellement où, pour statut (peut-être, sûrement) égal, à poste (peut-être, sûrement) égal d'une certaine identification, et sur un avenir (possiblement) flou. je suis surveillant de jeunes ado en internat et externat.
alors les questions que je me pose sont qq peu naïve, ms sans avoir rancardé (ça risquait pas) mon employeur sur mon handicap, peut-il le découvrir? mon emploi peut être aussi certainement menacé?
en tout cas, si je ne précise pas mon identité et mon lieu de résidence, ce n'est pas en tant que personne en souffance, qu'ici, je témoigne, ms bien comme un soutient concerné par le problème.
si vous en avez les moyens, pour que les choses changent. MERCI


Vous pouvez répondre et réagir .........Votre texte sera placé ici après validation par le webmestre

Avec le formulaire ci-dessous

soutien

Envoyé par cilia

le 04/03/05 à 06:01

Bonjour
je viens d'entendre ce matin qu'une haute autorité contre l'exclusion et la ségrégation vient de se trouver un président c'est de leur ressort ce genre de fait comme dit Fouine ça concerne tous ceux qui ont un poste ou qui espèrent pouvoir en avoir un dans le futur
Nicole H va être mise en avant ça va pas être facile à gérer pour elle mais je vois que l'unafam 30 est là pour l'accompagner
Si je peux aider faites moi signe
cilia unafam 89


Vous pouvez répondre et réagir .........Votre texte sera placé ici après validation par le webmestre

Avec le formulaire ci-dessous

Pseudo :

Email :

Titre :

Commentaire :

bloc_b_g bloc_b_d
 
Copyright © 2005-2015 Site - UNAFAM - Délégation VAUCLUSE 84 - Région PACA
Groupe de sites conçu et développé par Jacques DREYER-DUFER bénévole UNAFAM        Voir les autres sites du groupe        Mentions légales